Je teste pour toi la Fish Therapy. Abnégation et courage…

fish2

N’écoutant que mon courage, j’ai fini par céder à l’appel du test à force de passer devant les aquariums d’un centre d’esthétique que je croise quotidiennement ici en vacances…
10€ les 15 minutes, je n’allais pas mourir.
Je ne suis pas morte, de toute évidence.
D’ailleurs en gros, je n’ai rien vécu ou presque.
Passées les premières secondes de léger dégoût à l’idée de la nuée de poissons qui frétillaient autour de mes petons, je dois bien vous avouer mon désarroi quand je constatai, avec une franche déception, que euh… non en fait, ça fait pas grand-chose.
La sensation exacte? Je comparerais ça avec le fait de plonger les pieds dans de l’eau gazeuse. Rien de plus… Au prix où est le Perrier, en effet, la Fish Therapy est moins chère. Mais niveau effet révolutionnaire et ressenti de ouf, ça m’a fait autant de surprise qu’un épisode des Feux de l’Amour. Et encore, pas ceux où on apprend enfin que le fils de Machin n’est autre que le frère de Machine et que… pardon je m’égare.
fish
Et les résultats?
Non-probants. Je me doutais bien, à la différence de la dame qui a posé la question, que ça n’enlevait pas la corne. Mais bon, en même temps, je fais une fixette là dessus et donc je n’en ai pas.
Mais ça n’enlève juste rien d’autre. Enfin je n’ai rien constaté de flagrant niveau douceur petonnienne.
Bref, la Fish Therapy ne vaut pas les 10€, même pour l’effet « je suis trop une Koh-Lanteuse de la mort, je prends des risques… »
Love Peace Flex,
Chrys

The Bree Van de Kamp Challenge : semaine 11 : la tête dans les poubelles…

Le BVDKC c’est quoi et ça marche comment? Les explications sont ici…

8cc44f4d6e357bec516228cbd16f3efc

Le but de la semaine? Réussir à faire du tri des déchets un coin supportable voire joli (ou regardable, du moins…)Difficile de rendre ce type d’article girly, mais on va faire ce qu’on peut…

Le tri doit devenir si simple d’utilisation que votre famille aussi pensera à jeter la bouteille là, la canette là etc. Parce qu’on sait que les hommes, par exemple, mettent une mauvaise volonté crasse à trouver le bon bac…
Il faudra penser aussi à ces objets de toute sorte qui traînent encore dans la maison en attendant de finir au parc.
Je crois que la majorité de la population pense que le recyclage est une bonne idée. Et si ce n’est pas le cas, nous vivons dans des villes qui incitent de plus en plus à ce tri en le rendant obligatoire.Donc, au final, pas le choix, au boulot!
Étape 1: Connaître l’ennemi la réglementation en vigueur dans votre ville.
En janvier, vous avez reçu un calendrier à cet effet. Feuilletez-le et affichez-le quelque part dans la maison, dans un endroit où vous pourrez le consulter à loisirs.

En ce qui concerne la Belgique, en résumé : sacs bleus pour les PMC, verres dans les bulles, vieux vêtements et tissus dans les récolteurs « Terre », papiers et cartons dans une caisse le jour de la collecte, les appareils électroménagers, ainsi que la plupart des objets de maison iront au parc, selon un règlement assez strict à bien connaître également.

6cf5d3916b89b5a6c0fb03801c43d255
Étape 2: Choisir le lieu principal où vous stockerez vos déchets.

La pièce principale de la maison qui va générer des déchets est votre cuisine, donc je suggère que la zone principale de votre maison où vous stockerez vos déchets soit dans ou à proximité de votre cuisine.
Si les contenants sont bien en vue, essayez de choisir quelque chose d’attrayant. S’ils se dissimulent derrière des portes, ou dans une pièce près de la cuisine, comme une cave, un garage ou une buanderie, vous n’avez pas à vous soucier de leur look de la même manière.
Finalement, vous stockerez probablement vos déchets pour une plus longue durée dans une cave ou un garage. Il reste alors à penser aux conteneurs.

Les principales catégories d’articles recyclables incluent:

Papier
Plastique et métal
Verre
Déchets divers

(il faut aussi penser aux piles, aux ampoules etc. Mais tout ceci rentre dans des catégories particulières qui devront avoir chacune leur petit conteneur à part)

Si vous avez peu d’espace, des conteneurs empilables peuvent être envisagés.
Mais pour cela, évidemment, vous devez pouvoir vous débarrasser de ces déchets rapidement puisque l’espace de stockage est réduit.

5f055f7e618b7d4535709e150715b4b5Si vous pouvez stocker de plus grandes quantités de déchets, et que leur poids risque de vous incommoder, vous pouvez envisager les poubelles roulantes ou, tout simplement, des roulettes séparées de ce type :

416wZ-+aBKL._SX450_Etape 3 : pensez à chaque pièce comme une zone de collecte satellite.
Votre cuisine n’est pas la seule pièce de votre maison qui peut générer des déchets. En règle générale, les pièces suivantes sont des lieux où peuvent s’accumuler des articles recyclables:

Salle de bain
Bureau
Buanderie

De mon côté, j’ai des poubelles également dans toutes les chambres et dans le dressing. En gros, des poubelles partout!

Il est évident que sortir de votre salle de bain dégoulinante pour aller porter votre flacon dans votre garage est inenvisageable. Ainsi, créez plusieurs petites zones de collectes. Pour ma part, j’ai deux petites poubelles dans la salle de bain : une pour les PMC/verres et une pour les déchets divers (sacs jaunes pour la Belgique). Le soir où je prépare les poubelles pour la collecte hebdomadaire, je descends mes deux poubelles et je retrie rapidement la poubelle PMC/verres en séparant les deux catégories.

Etiquetez tous vos bacs de recyclage pour que les invités et les membres de la famille puissent jeter leurs déchets au bon endroit.

Si vous avez de petits enfants, pourquoi ne pas étiqueter vos poubelles avec un code de couleurs? Ou mettre des photos sur les étiquettes pour les aider à trouver le bon conteneur.

Amusez-vous à trouver le conteneur idéal pour chaque pièce : dans les pièces qui ne génèrent que des déchets type papier etc, vous pouvez tout oser; pensez aussi « facilité de nettoyage » de vos conteneurs dans les pièces où les déchets risquent d’être humides… Pensez à votre façon de jeter : facilitez-vous la vie en choisissant des poubelles pratiques à ouvrir et refermer… Des poubelles de rêves ici… (voui madame ça existe!)

Pourquoi ne pas envisager un bac à compost de cuisine?

Pour ma part, je n’ai pas encore franchi le pas, mais j’y songe.
Votre cuisine va essentiellement générer des restes de nourriture qui peuvent donc produire du compost.
Tout ce que vous avez besoin est un conteneur à compost de cuisine. Il existe des conteneurs spécialement conçus à cet effet. Voici le plus joli que j’aie pu trouver jusqu’à présent :

217tNzq-ChL._SY450_

Rappel: N’oubliez pas une poubelle dans votre voiture aussi! (Mais nous en avons parlé dans le défi qui concernera votre véhicule)

Étape 4: Mettre en place une routine pour vider les corbeilles
La dernière étape est de développer ou de maintenir votre routine pour vider vos corbeille régulièrement.
La plupart d’entre nous avons déjà une routine en accord avec le rythme de ramassage hebdomadaire. Il suffit d’y ajouter une surveillance quotidienne de quelques secondes.
Videz chaque soir la poubelle de la cuisine et occupez-vous de toute poubelle presque pleine dès que vous la croisez. Inutile de perdre du temps à essayer de faire entrer un flacon là où il n’y a plus de place.

Ajoutez à cela un jour mensuel où vous passerez au parc avec vos bouteilles, vos vieux vêtements et tous vos objets devant terminer là-bas.

medium_18aa7b7c92c09a2577dc35a9284c53501110RLLiving-3-recycle-boxesba141915b15887e1fabf546c50214625

Inspirées?

Love Peace Flex,

Chrys

The Bree Van de Kamp Challenge : semaine 10 : retour en cuisine.

Le BVDKC, c’est quoi? Comment ça marche? Les infos sont ici…
Aloooooors? Vous avez tout bien briqué vos plans de travail et votre évier est vide tous les jours depuis deux semaines?
C’est géant, non? J’adooooooooooooore m’extasier sur mes minis progrès…
Ce coup-ci, on s’attaque à un coin plus difficile : les tiroirs et les armoires de la cuisine…

Ça risque de vous coûter un peu plus de temps que la dernière fois, je vous préviens.

Le défi de cette semaine consiste à désencombrer et organiser les choses de façon à pouvoir plus facilement accéder à ce dont vous avez besoin, quand et où vous en avez besoin.
Avant de commencer, tenez compte des recommandations suivantes :

Tout d’abord, même si vous mourrez d’envie de vous lancer dans l’aventure, allez-y mollo : vous ne voulez pas démarrer le truc, tout sortir, puis vous retrouver devant un énorme fatras que vous n’avez pas le temps de ranger. (Tout le monde a connu ces instants de désespoir infini…) Donc on travaille avec un ou deux tiroirs/placards à la fois.

Deuxièmement, vous allez en profiter pour donner un piti coup rapide de nettoyage (tant qu’à faire autant en profiter quand c’est vide). Préparez donc un seau d’eau savonneuse avant de commencer.Allez c’est parti!
Vous pouvez toujours tenter cette tactique mais j'ai comme un doute...

Vous pouvez toujours tenter cette tactique mais j’ai comme un doute…

Étape 1 : On pense « ZONES ».

Les objets utiles à chaque zone doivent par définition être dans cette zone.
Par exemple, les casseroles doivent être près des taques, et le couteau à éplucher devrait être proche de l’évier de la cuisine et de la planche à découper.
Voici quelques zones de la cuisine communs que vous devriez considérer:
  • Zone de préparation des aliments : l’endroit où vous coupez, hachez, lavez, mélangez,  etc la nourriture que vous préparez. Cette région a besoin d’un espace de plan de travail correct et sera très probablement près de l’évier. Vous devez garder les articles tels que les couteaux, planches à découper, bols à mélanger, mixeurs et blenders, tasses à mesurer et cuillères dans cette zone.
  • Zone de cuisson : l’endroit où vous cuisez (sans déconner?) que ce soit sur la cuisinière ou dans le four (ou micro-ondes). Il devrait donc être proche de ces appareils. Vous devez garder les articles tels que des plats et des casseroles, des ustensiles de cuisine, maniques et ustensiles de cuisson dans cette zone. (j’enfonce des portes ouvertes mais avouez que TOUT n’a pas été pensé de la sorte dans votre cuisine, si?)
  • Zone de la vaisselle et lave-vaisselle : essuies de vaisselle et produits pour lave-vaisselle accessibles. Placards de rangement pas trop loin siouplé.
  • Zone enfants admis : si vous avez des enfants, c’est une bonne idée d’avoir une section spéciale, à leur portée, pour certains types de plats, tels que les non-cassables afin qu’ils puissent se servir un verre d’eau ou un bol de céréales sans votre aide… En outre, si vous voulez qu’ilsmettent la table ou rangent des plats du lave-vaisselle, assurez-vous qu’ils puissent atteindre ces objets sans difficulté ou vous ne serez pas en mesure de leur attribuer ces tâches.
  • Zone de repas : doit contenir des choses que vous utilisez régulièrement pour manger, comme les nappes, serviettes, salières et poivrières, bols ou des assiettes, etc
  • Zone de devoirs/travail etc : Gardez un tiroir proche pour stocker vos fournitures.
  • Zone de stockage des aliments : on n’y touche pas cette semaine (yipeeeee). Elle mérite un (ou deux) challenge à elle seule.
Étape 2 : On vide.
Quand on s’attaque à un tiroir, on commence par prendre une poubelle et jeter. Les objets cassés, les pots sans couvercles etc.
Ensuite, on se pose les bonnes questions. Ai-je besoin de 36 petites cuillères? Certainement pas. Quand puis-je en avoir besoin? Deux fois par an lors de certaines réceptions. Ok. Alors je garde UNE partie de mes cuillères et je place les autres dans une boiboite (prévoyez des boiboites pour le challenge : vous allez beaucoup boiboiter). Les couteaux, les tasses, les verres et tout le barda utile une fois par an lors des fêtes -> dans la boite. Sur la boite on note « Matériel de cuisine en trop » (Ou « matos de fête » ou tout ce que vous voudrez) et zou! direction le grenier, la cave, l’abri de jardin…
Autre technique

Autre technique

L’objectif devrait être de permettre à vos tiroirs de cuisine de s’ouvrir et de se fermer en douceur, et de vous permettre d’être en mesure de récupérer ce dont vous avez besoin rapidement, sans avoir à chercher trop longtemps.
Vous devriez aussi récupérer les choses sans avoir à désempiler et empiler trop, surtout pour les objets utilisés quotidiennement sans que rien ne vous tombe dessus quand vous ouvrez les portes. Je parle en connaissance de cause. Mes tupperwares ont tenté plusieurs fois de m’assassiner.
Dégagez aussi une fois pour toutes les objets qui ne vous ont pas servi l’an passé. Vous n’allez pas vous mettre à utiliser votre superbe Broyeur2000 alors qu’il dort depuis 2 ans dans un tiroir. Revendez-le (pensez Ebay et Facebook) ou donnez-le.
Enlevez aussi les objets qui devront aller ailleurs dans votre maison. Mettez-les dans une boite et portez cette boite dans la pièce qui sera la sienne. Vous pourrez ranger ces objets ultérieurement dans le challenge. Vos médicaments sont dans la cuisine? Vous avez décidé qu’ils seront mieux dans la salle de bain? Zou! Dans la boite. La boite? Sous l’évier de la salle de bain. Elle attendra la 19ème semaine où il sera question d’organiser les médicaments de la maison.
Étape 3: On trie ce qui reste et on le range en fonction de sa fréquence d’utilisation.
Les articles que vous avez décidé de garder dans votre cuisine iront dans l’un des trois types:
  • Les articles utilisés tous les jours
  • Les articles utilisés souvent (une fois tous les deux jours à toutes les deux semaines)
  • Les articles utilisés rarement
Les articles utilisés tous les jours iront dans les tiroirs ou placards faciles d’accès et ceux utilisés rarement iront dans les armoires en hauteur pour lesquelles vous avez besoin d’un escabeau ou dans les tiroirs bas pour lesquels vous devez vous baisser.
Pour ma part, j’ai carrément relégué les gros appareils à utilisation rare (appareil à raclette ou fondue etc.) au garage.
Etape 4 : Le tiroir à bordel.
Pas de panique

Pas de panique

Ne faites pas comme si vous ne saviez pas de quoi je parle. C’est le tiroir-terrain vague, rempli à ras bord de trucs et machins inconnus, de morceaux de trucs et machins inconnus, de bouts de souvenirs et j’en passe.

Saisissez-vous d’un sac poubelle. Jetez le maximum. Oui, même la clé qu’on sait plus où qu’elle va. Les trois morceaux de bougies d’anniversaire aussi, oui. Les capuchons de stylo. Non, vous ne vous en reservirez pas le jour où vous en aurez perdu un autre. Vous ne saurez même plus qu’ils sont là. Vidange. Nettoyage.
Et ensuite, on respecte cette règle : la clé d’un tiroir à bordel fonctionnel est de le nettoyer régulièrement, par exemple une fois par mois. De cette façon, il conserve ses fonctions pratiques sans être envahi et encombré au point qu’il n’est plus utile.
Y a des plus cruches que nous qui y arrivent!

Y a des plus cruches que nous qui y arrivent!

Etape 5 : le tiroir aux Tupperware.

Parfois, je me demande s’il n’est pas synonyme du point 4…
Franchement, sur les 48 pots que vous conservez précieusement, combien en utilisez-vous réellement? 8? 10? C’est le problème numéro 1 de ces machins. On en garde des tonnes « au cas où ». Je ne sais pas vous mais il m’arrive même de garder les pots dans lesquels j’achète mes plats chinois à emporter (ceux qui vont au micro-ondes) just in case. In case de quoi? je ne sais pas…
Donc on vide, on dégage. On essaie de refaire des piles potables et on vérifie que l’on a bien les couvercles. Si pas de couvercle, poubelle. Les couvercles iront dans un panier rien que pour eux.Etape 6 : L’endroit bizarre sous l’évier.

Souvent, on y trouve les poubelles…
Si ce n’est pas le cas, c’est le désert des produits de nettoyage, éponges, etc qui ont l’air de se reproduire tout seuls. Encore une fois, la clé est vraiment de désencombrer la région et de réfléchir à la façon dont vous voulez l’utiliser, au lieu d’être un fourre-tout où vous jeter des trucs. Les seuls produits qui doivent s’y trouver sont ceux qui vous sont utiles quotidiennement ou raisonnablement souvent. Et en tout cas, ils ne doivent y être qu’en UN SEUL EXEMPLAIRE. Les exemplaires de stock doivent être dans votre zone de stockage (le garage, chez moi). Et on fait gaffe qu’il n’y ait pas de produits toxiques accessibles aux enfants!
Étape 7 : Envisager des solutions pour maximiser l’utilisation de votre espace disponible.
  • Plateaux tournants
  • Paniers décoratifs utilisés sur le dessus des armoires de cuisine
  • Penderie à l’intérieur des portes d’armoires de cuisine pour accrocher les serviettes
  • Ajouter des étagères supplémentaires pour réduire l’espace et de réduire la nécessité d’empiler des articles
  • Ajouter des séparateurs (chez Ikea par exemple)
  • etc
  • etc
  • etc

Bref, soyez inventives et envoyez-moi vos photos!

SPOILER ALERT (si vous voulez avoir la surprise du programme de la semaine prochaine, ne lisez pas la suite!)

La semaine prochaine, nous allons commencer à nous concentrer sur l’organisation des zones de stockage des aliments dans la cuisine On commencera par organiser les placards de stockage puis la semaine suivante, le frigo et le congélo.
Quand quittera-t-on la cuisine? Minute Papillon! Vous y passez bien trop de temps pour qu’on n’en parle pas plus.
Et puis… faites passer le message à vos copines!
tumblr_m57y8oCVeB1r1wdpvo1_500

The Bree Van de Kamp Challenge : semaine 9 : On range son make up!

On fait une pause sur la cuisine parce qu’il vaut mieux la maintenir en l’état ce qu’on a amélioré avant de passer à la suite…

On file à la salle de bain et on va ranger son maquillage.

Il faut retenir que le maquillage doit être dispo là de suite.
Pourquoi? Parce qu’en général on fait ça le matin à la bourre. Chercher à mort son crayon, c’est la garantie d’une journée mal barre…

1. On fait le tri.

Allez, zou, jetez-moi tous ces vieux machins qui datent. On ne conserve pas du maquillage périmé.

1342520394

2. On classe.

Il ne sert  à rien d’avoir à retourner une seule trousse quand on cherche un type de produit. Séparons-les.
Je vous montre MON organisation. Ensuite à vous de trouver la vôtre.

995117_518626274858366_651094937_n

1005724_518626361525024_941144318_n1069242_518626328191694_148496753_n1044924_518626244858369_7712079_n

Pas bien compliqué vous avouerez…

La trousse sert à embarquer le make up du jour...

La trousse sert à embarquer le make up du jour…

3. D’autres exemples…

6a014e5f5efe78970c0168e90fd772970c796

b4b2876917da1474b9e8d0f11aa675c8

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

collections-ikea-makeup-makeup-collection-organize-separate-with-comma-Favim.com-60456 diy-makeup-magnet-board-1-500x580 makeup_500x375

Love Peace Flex,

Chrys

J’ai surpassé ma phobie du téléphone: mon job étudiant.

Hello les poulettes !

Que ça fait looooongtemps qu’on ne s’est pas parlées, hein? Vous m’avez tellement, tellement manqué! Soit, je suis bien revenue de vacances (je m’occupe de  l’article cet été) et j’ai commencé mon nouveau boulot d’étudiante aujourd’hui.

Il faut tout d’abord savoir que s’il y a bien UNE CHOSE que je DETESTE faire dans ma vie, c’est appeler des gens que je ne connais pas. Je dirai même que c’est pire quand je les connais.

Pourquoi? Je sais pas, un blocage. J’ai beau attraper le combiné pour appeler mon fournisseur d’énergie et lui faire la peau parce qu’il m’a prélevé mon mois sans mon accord,  impossible d’appuyer sur la touche verte du téléphone.

Les rares fois où j’arrive à attendre jusqu’au « allô » sont souvent mythiques et ridicules: je bégaye, je rougis, je me sens conne et je dis un peu nawak. Alors que je suis censée JETER la meuf/le mec au téléphone, je m’écrase comme une merde avec une toute petite voix à peine audible. Putain de sa race.

Alors oui, ça à l’air con, mais je vous jure que c’est un putain d’handicap dans la vie de tous les jours. ET LE PIRE, c’est que c’est héréditaire. Si si, ma grande soeur, c’est la même. Pour vous dire jusqu’où ça va, on a beau s’aimer à la folie de l’amour, que dale: on ne s’appelle JAMAIS. Mais on textote tout le temps. Si bien que lorsque son prénom s’affiche en appel entrant sur son téléphone, je crois qu’une personne est morte. (Mais en général, c’est parce qu’elle est saoule.)

Bref. J’ai été embauchée dans une chouette entreprise dont je garderai le nom secret. Mais non j’déconne, genre je vais pas vous le dire… Cette société s’appelle Pixelixir (ouais je sais, toi non plus t’en as jamais entendu parler.) Lors de l’entretien, le patron  m’avait dit qu’il s’agissait d’un job de secrétaire, je me suis dit: trop cool, je vais être installée au frais pour l’été à m’occuper de tas de dossiers, ça va gérer du steack. Puis, je suis arrivée dans l’entreprise, et j’ai appris qu’il s’agissait d’un job « calling », c’est à dire, s’occuper d’appeler des gens pour mettre à jour des bases de données, proposer les services, etc.. Là, mon coeur s’est mis à battre à toute vitesse: ma phobie du téléphone gagna tout mon petit corps de blonde d’un mètre 57.

Soit. J’arrive donc (en voiture!!!!) dans un magnifique endroit entouré de forêt, le bâtiment étant tout blanc et entouré d’une jolie fontaine qui faisait « pschiiiiiit ». J’entre dedans et je trouve des dizaines d’ordinateurs où se cachent des gens aux yeux et fronts plissés, se massant les tempes et buvant tasses de café sur tasses de cafés.

Safépeur.

Une gentille Madame m’installa (je déteste utiliser le passé simple putain) sur un joli bureau tout neuf, face à une gentille étudiante qui deviendra sûrement ma copine. En face, des graphistes aux allures douteuses parlent HTML, Javascript et CSS comme si je parlais de vernis à ongles, rouge à lèvres, et sacs de luxe. J’ai tenté maintes et maintes fois de comprendre leurs blagues de geek, en vain. Derrière leurs bureaux, une énooooorme étagère surplombe la pièce où est posée une grosse statue de visage tout rouge qui fait peur. Je m’habituerai à sa présence. Peut être. A droite, j’ai une vue sur une grand jardin tondu, où trois arbres se battent en duel pour donner trois centimètres d’ombre (mais on en a pas besoin, on est en Belgique, le soleil n’existe pas.)

Soit. La gentille étudiante qui deviendra sûrement ma copine m’explique un peu la démarche et le logiciel TOUT EN ANGLAIS dont je dois me servir. Premier appel, je me lance. Je tremblais de partout, comme lorsqu’on vient de faire un accident de voiture et que notre corps est tout choqué (bon ok, j’exagère, mais c’est pour vous donner une idée). Je suis tombée sur une Madame, toute gentille, qui m’a tout de suite mise en confiance. Je n’ai pas bégayé, je n’ai pas cherché mes mots, j’ai su répondre à ses questions, dire merci, bonne journée, au revoir, sans me mettre à chialer.

JE MERITE UNE PUTAIN DE OLA LES GARS.

Et j’ai grave kiffé cette journée de calling dans cette petite entreprise trop coule de la mort où tout le monde est gentil et où on peut fumer des clopes (dehors) quand on a envie.

On peut donc dire que ça y est, j’ai (presque) aboli ma phobie du téléphone.

tel

 

Love Peace Flex,

 

Gaby.