Triacnéal: encore une victoire chez Avène.

Depuis que je suis toute petite, genre, depuis que j’ai 4 ans, j’ai la véritable chance d’avoir des « boules de graisse » autour des yeux. Oui bon, c’est pas super ragoûtant dit comme ça mais je suis certaine que vous avez déjà vu des filles avec ça:

Triacnéal1

Ces petites boules blanches près des yeux qui font qu’une fois par mois, je me charcutAIS à l’aiguille pour les enlever. Si si. Admire quand même à quel point j’ai voulu les cacher en cadrant aussi sur mon œil pas maquillé. Bref.

Il y a quelques années, j’entends par là avant de me lancer dans l’écriture d’un blog beauté, j’ai pris la décision d’en finir avec ces petits points blancs et j’ai donc demandé à mon dermato du moment (oui, tu remarqueras qu’en fait j’ai passé toute ma vie chez les dermatos) de me les enlever au LASER. Tam da da daaaaaaam!

Bah il a pas voulu. Ah! J’étais énervée. Ce petit con n’avait rien compris à la vie. Comment allais-je être la plus belle si j’avais des boules de graisse qui se promenaient fièrement autour de mes yeux? Comment allais-je rencontrer le Prince Charmant parfait? Hein? HEIN?

Constatant que j’étais hyper déçue de sa désapprobation concernant « l’opération », il me prescrit quand même Triacnéal. En bonne élève que je suis, j’ai donc tenté le traitement, sans vraiment y croire et le maudissant toujours un peu quand même. (Non, je ne suis pas rancunière DU TOUT.) Comme ici toutes toutes les histoires ont une fin heureuse, croyez bien que Triacnéal a tout fait partir. Lorsqu’elles sont revenues il y a peu (oui parce qu’elles reviennent toujours ces p*tes), j’ai donc refait le traitement, en pensant à vous faire une photo avant/après pour que vous puissiez voir le résultat:

Triacnéal2

A pu les boules blanches moches! J’aurais presque envie de vous mettre un smiley, mais on va pas abuser. J’ai même entendu Chrys dire que c’était miraculeux pour les boutons d’acné et les points noirs. Bim, prends ça dans ta face, ce truc est trop GUE-DIN. Prix? Entre 12€ et 15€ pour 30ml, selon les pharmacies. A mettre vraiment seulement sur les petits boutons, points noirs et boules de graisse matin et soir.

Triacnéal3

Triacnéal4

En te souhaitant un lundi pas trop pourri,

Love Peace Flex,

Gaby.

Essie et son vernis Big Spender…

Nous sommes dans une phase très vernie donc on mise le tout sur nos nouveaux chéris.

Aujourd’hui, parlons du Big Spender d’Essie.

600832_551944171526576_1113097481_n

 

Est-il encore vraiment nécessaire de s’étaler en long en large sur les qualités des vernis Essie? Sur leur simplicité de pose, sur leur tenue?

Alors ce mini article-photo devrait suffire à vous faire courir chez votre fournisseur parce que, définitivement, c’est le plus joli vernis de notre collection.

539779_551944184859908_456928390_n

 

Et cette couleur merveilleuse atteint son apogée sur du gris…

 

1239918_551944264859900_694191745_n

Love Peace Flex,

Chrys

La Salutaire Solution du Lâcher-Prise… (La SSLP)

Aujourd’hui, on parle sérieux deux minutes. Parce que c’est bien beau, tous ces sujets ciné/beauté/shopping, mais on n’est pas QUE ça, chez 2G1M.

Par conséquent, j’ai choisi de vous parler aujourd’hui de ma découverte 2013 : le lâcher-prise.

tumblr_mt1vjknBfs1qkyvvbo1_500

Le cheminement a été long.

Il faut dire qu’il était temps de remettre en question le sens même de mon existence avant de passer sous un trente tonnes. En 4 ans, laissez-moi vous lister les catastrophes d’envergure qui m’ont atterri sur la tronche.

  • Un « divorce », parce que c’est bien de vouloir se la jouer « 40 ans de vie commune ». Mais à tout prix, ça devient juste un peu suicidaire.
  • Un crash en voiture à 150km/h sur l’autoroute (c’est bon, je sais, mais j’étais EN RETARD) sur du verglas. Méchant le crash. Dans le journal local (1/4h de gloire, U R welcome), on disait que « Les jours de la victime étaient en danger ». On a même appelé ma grand-mère pour lui filer des condoléances. Au final, j’ai surtout eu les dents qui ont traversé mon menton, ce qui est assez sympa à raconter dans les soirées un peu chiantes, et la moitié du dos qui a bougé un petit chouïa, ce qui m’empêche de repasser. Merci la vie en fait.
  • Retour de crash, au boulot, je sors gentiment voir d’où vient ce bruit et du second étage m’arrive une chaise qu’un élève pas content jetait vers quelqu’un d’autre. Luxation accromio-claviculaire. Si vous vous embêtez, googlez, vous apprendrez des tas de trucs inutiles sur le fait que c’est chiant à guérir.
  • Bon gré mal gré, après deux mois d’arrêt de travail again, je retourne travailler et pour me récompenser, je m’offre un petit séjour au ski avec des amis. Mon chef prévoyait déjà un arrêt de travail. Il a bien fait. Première descente et ligaments déchirés. Des deux côtés. Quand je vous dis que je ne chipote pas.

On ajoute à ça des copains tout pourris, un mec qui a du mal à m’aider, voir qui m’enfonce en voulant m’aider, un ex qui a décidé que ma vie serait un enfer, une famille casse-couille, des problèmes de fric et vous avez le tableau parfait de ma vie pousse-au-suicide.

tumblr_mls6hteKbD1qj4wyfo1_500

Bref.

Sauf que voyez-vous, touchant l’apogée du fond du fond du trou, j’ai bien dû me rendre à l’évidente évidence : il y avait bien un truc qui venait de moi dans tout ça. Quoi donc? J’attirais, par mon attitude, tout ce tas de fumier du sort. Parce que j’acceptais que « c’est comme ça, j’ai trop pas de bol ».

Alors j’ai décidé de lâcher tout ce qui me tirait vers le bas. Tout.

Évidemment, ça passe d’abord par les trucs simples : on vire les vagues copains qui pourrissent la life. Les bouffeurs de moral, les moqueurs, les ironiques inutiles qui t’enfoncent pour moins sentir la qualité médiocre de leur propre vie, on dégage. On efface, on oublie. De façon claire, définitive, nette.Propre ou pas, on s’en fout. On ne fait pas d’omelette blablabla… On admet que non, ils n’ont pas forcément raison quand ils te disent que t’as des goûts de chiotte et se foutent de tous tes choix, eux qui finalement ont encore les goûts de leurs 14 ans parce que tu vois, c’est trop des révolutionnaires révoltés qui crient leur haine contre le monde.

tumblr_lq70vvAywi1qht847

Plus difficile, le mec. Quand on est down, on a vaguement l’impression que ce sera pire de toucher le fond seul. Mais parfois, rien de tel qu’un peu d’air pour trouver les solutions tout seul. C’est rude, ça demande du temps, mais c’est faisable. Parfois, on a besoin de fermer les écoutilles. Faire de la peine, c’est mal. Mais vient un moment où c’est votre survie qui compte.

Après, pour les problèmes de fond comme la thune/nerf de la guerre, on fait ce qu’on peut mais on affronte. Et bizarrement, seul, c’est plus simple. Pas de prise de tête pour savoir qui a raison puisque vous êtes seul maître on ze bord.

awesome-daenerys-targaryen-emilia-clarke-game-of-thrones-favim-com-238110

Et puis on agit sur ce qu’on peut changer. Et uniquement là dessus. On se bouge dans des détails qui font qu’on sent qu’on avance. On range, on trie, on jette. On lâche ces objets qu’on gardait au cas où. Ces fringues qu’on désespère de pouvoir enfiler, qu’on conserve pour un retour de mode, qu’on VA recoudre UN JOUR. On les laisse partir au royaume enchanté des objets qui serviront mieux à d’autres.

Et puis, petit à petit, on opère le tri final dans les gens qui comptent mais qui te tuent à petit feu. Les gens qu’on attend depuis mille ans, les amis qui n’en sont pas, les mères abusives, les pères de merde, les mamies mortelles… Toutes ces personnes auxquelles on a donné tous les droits sous prétexte d’un passé commun. Ces droits-là, on ne les doit à personne et pour aucune raison.

Étrangement, ce processus entraîne de petits miracles. De nouvelles personnes font leur entrée dans votre vie, sans toujours y avoir été invitées, et apprennent vos nouvelles limites, vos nouveaux choix et finalement votre liberté. Certains amis s’adaptent à votre évolution et sont heureux pour vous. Vous vous rapprochez de membres de la famille parfois ignorés ou méconnus et qui vous approuvent.

Bref, la vie redémarre. Et c’est, sans aucun doute, la sensation de victoire sur vous-même la plus puissante que vous aurez jamais connue. Ça doit être un peu ça, le bonheur.

firework

Love Peace Flex,

Chrys

On craque pour le merveilleux vernis Screening Room de chez MAC.

Hier, en me promenant dans le centre de Liège avec une copine qui me montrait le coin, je n’ai pas pu résister à la tentation de m’arrêter « rien qu’une minute » chez MAC. ERREUR, quand, comme moi, on est fauchée. Le vendeur, super sympathoche, nous présente la nouvelle collection de vernis et, comme venu tout droit du Paradis (avec un « P » majuscule, comme tu le constateras) il m’attendait sur le joli présentoir. Evidemment, je ne pouvais pas concevoir de ne pas l’avoir. J’ai donc, sans hésiter deux minutes, sorti ma carte bleue. Et ouais, encore.

Le soir même, je me suis empressée de l’appliquer et voilà le résultat qui, comme tu le constateras x2, est absolument SoGlamChicBarbieGirl.

Screening Room 1

Screenin Room 2

Je n’aurai donc pas d’autres prérogatives que de te dire de VITE te le procurer parce que, ma chère, il est en édition limitée. (ER OUER.) Il se porte avec presque n’importe quoi. Evidemment, si tu mets une veste rose ou un pantalon orange, je doute qu’il fasse l’effet attendu. Mais soit, je suis in love de la mort et gangstah dans l’âme, comme tu le constateras x3 ci-dessous.

LA vernis

Love Peace Flex,

Gaby.

P.S. : sur les vieilles, ça marche aussi :

screening room Mac

Love Peace Flex,

Chrys

Elseve Nutri Gloss Cristal Soin Miracle Instantané : j’en veux encore!

L’avantage pour des blogueuses qui vivent entre nanas, c’est qu’on teste souvent les produits à deux. Résultat, vous voilà avec deux avis pour le prix d’un.

Et aujourd’hui, on vous parle de nos cheveux et du soin d’Elsève, j’ai nommé le Nutri Gloss Cristal Miracle Instantané (que le nom il est si long qu’on en a la fibre capillaire qui pend de l’aile).

Elsève Nutri Gloss Cristal Miracle Instantané

Avouons-le, nous, on l’a acheté parce qu’il est rose et qu’il colle trop bien à notre girly salle de bain…

Salle de bain girly

Pour une fois, l’achat impulsif uniquement guidé par le packaging n’a pas été complètement inutile.

Pour ma part, ce tube fut une révélation pure et simple.

Pose sous la douche, pause de quoi? deux minutes (et encore), et rien qu’au rinçage, RÉVÉLATION. Des cheveux doux comme de la Panna cotta (chacun ses références dans la vie). Pas un nœud, le rêve.

Au séchage, j’avais eu le temps d’oublier le produit et malgré tout, je me suis dit « waouh mes cheveux sont tout doux et hyper faciles à coiffer! Mais que se passe-t-il? » avant de me rappeler que je testais un nouveau produit (la blogueuse est distraite).

Du pur miracle en tube.

Avant que la sœur débarque pour connaître la raison de ces « Ooooooh » et ces « Aaaaaaah«  pour me dire : « Ah ouais, ça m’a fait pareil les 4 premières fois puis après ça ne marche plus… »

La déception fut extrême...

La déception fut extrême…

Qu’importe, continuons le test, imperturbable.

Niveau odeur :

Musc blanc, coing, framboise, pomme, groseille, cédrat et mûre. En fait, ça sent bon mais sans plus, ne rêvons pas. J’ai connu des produits qui laissaient une fragrance bien plus prononcée donc de ce côté, ça me manque un peu…

Niveau composition :

Pas de silicones pour les fanas de méfiance complotiste.

Pour le reste, franchement, on n’y comprend pas grand-chose…

Conclusion…

C’est donc un de ces produits capillaires miraculeux au début puis qui tombent à plat. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j’ai l’impression que c’est toujours comme ça et que le cheveu est un sale petit virus égoïste qui fait rien qu’à s’habituer aux antibiotiques. Donc en gros, on peut trouver LE it-produit, son efficacité ne sera que ponctuelle.

Ma tentative de solution?

Je ne me sers de ce soin que TRÈS rarement, juste avant les soirées spéciales, celles où il faut que je puisse me la jouer :

tumblr_lyqg03MRal1qir88ko1_500

 

Puis sinon, on vient d’en acheter un nouveau. On vous en parlera dès qu’on saura ce qu’on en pense…

 

Love Peace Flex,

 

Chrystelle

Mon dermato est un héros.

Aujourd’hui, je voulais qu’on parle d’une chose hyper importante de la life: la peau.

Il faut savoir que depuis toute petite, je suis quelqu’un qui a beaucoup de problèmes à ce niveau-là. En fait, on pourrait carrément dire que j’ai TOUT eu, sauf de l’acné. « Quelle chance! », me diras-tu, toi, petite fée qui a souffert des années de ces trois pustules qui te couvraient le visage. « Non non », te répondrai-je, ma vie épidermale a été un enfer… Jusqu’à il y a deux semaines.

Que je vous explique la chose: d’abord, j’ai une peau atopique.  Kézako?

Une peau atopique est par définition une peau sensible aux allergies et sèche. Elle est, souvent, soumise à des rougeurs, de l’eczéma, du psoriasis, des boutons de fièvre et j’en passe. C’est aussi une peau qui trahit tes émotions: stress, dépression, fatigue, alcool… TOUT SE VOIT. TOUT. Par exemple, moi, quand je suis stressée, je pèle sa mère. Parfois autour du nez, parfois plutôt sur les joues ou sur les commissures des lèvres… Ça dépend de comment elle a envie de me faire chier cette garce.

J’ai donc cherché sur les Internets des photos potables pour vous montrer un peu ce que c’est, mais ces photos sont trop horribles pour être montrées ici. Si vous voulez aller voir, libre à vous mes chéries.

Je suis donc, enfin j’étais, depuis mes 6 ans, une accro à la cortisone. Very Bad Plan. Pourquoi? Eh bien parce que la cortisone, même si on ne peut pas nier sa fausse efficacité, a détruit ma peau. Tu me crois pas? Regarde cette photo, prise cet été après deux ou trois jours au soleil:

Collage cortisone

Cortisone 1

Oui oui, je sais: on distingue clairement là où j’ai eu de l’eczéma et où j’ai du mettre de la cortisone. Mais tout ça, c’est fini, pour la vie. (Du moins j’espère). Avis à toutes les amatrices de visites moitales chez le dermatologue, ce qui va suivre va vous scotcher. C’est une putain de révélation mais…

NON, LES CRÈMES HYDRATANTES, C’EST EN AUCUN CAS SUR LES PEAUX ATOPIQUES.

T’es choquée hein? Ouais moi aussi. J’ai changé de dermato il y a peu et c’est le premier, en 14 ans de consultations qui m’a dit mot pour mot « de toutes façons ça fait des années que je dis que prescrire des crèmes hydratantes sur les peaux atopiques, c’est une connerie. » Quand j’ai entendu ça, je me suis dit « Oh putain, le fou! » Et c’est vrai qu’en fait, quand j’y repense, chaque fois que j’avais une crise d’eczéma et qu’on m’en prescrivait, j’avais plutôt l’impression que la chose empirait. Puis j’ai réfléchi rapidement sur le fait qu’en fait, je n’avais jamais supporté AUCUNE crème hydratante plus d’une semaine.

Le mec me prescrit juste une crème: Protopic. Oui je sais, il y a une polémique dessus comme quoi il se pourrait que ça soit cancérigène. Mais chérie, quand tu passes 14 putains d’années de ta vie à galérer sa race et à pas oser sortir de chez toi parce que t’as la peau qui pèle jusqu’à saigner, quand tu vois les MacDo pousser comme des mauvaises herbes, quand tu constates que dans les lasagnes il y a du cheval ou quand tu observes qu’autour de toi à la plage, peu de personnes font réellement attention à protéger leur peau, franchement, tu prends le risque. Niveau effets secondaires, nous n’avons pas le retour brutal de la crise si on arrête le traitement, mais c’est vrai qu’il est à noter que ça chauffe… Ça chauffe beaucoup. Niveau soirée, tu bois pas une goutte d’alcool, au risque de finir, comme moi, pivoine. Et c’est instantané. On aurait vraiment pu faire croire que je revenais d’un séjour à la neige mais bon, en septembre… 

Bref. Revenons-en au miracle de la vie. Depuis 10 jours, je n’ai plus rien. Plus rien. Nulle part. Même pas une toute petite plaque rouge. Rien je te dis. Que dale, walou, tchi, nada, niente, zéro. Et le truc étonnant, c’est que dans le Protopic, il n’y a pas de cortisone.

protopic

En crème du jour, parce qu’il en faut bien une de temps en temps, j’applique toujours ma très célèbre et indispensable Cicalfate d’Avène. Je me lave toujours le visage avec le savon Eucérin et j’utilise toujours mon Neutrapharm PH neutre comme savon pour le corps.

Prends-en de la graine et file chez ton toubib pour guérir ton eczéma.

Love Peace Flex,

Gaby.

Elysium… ou pourquoi ils rallument la lumière quand on est toujours en larmes?

Vendredi, mon amoureux, ma sœurette et moi, dans un élan de « pfff, non, on ne sort pas ce soir, on se la fait cool », on décide d’aller se faire un ciné.

Un petit tour sur le site du Kinepolis m’apprend qu’Elysium est le dernier film de Neill Blomkamp, le réalisateur d’un film que j’avais classé d’emblée dans mon top 10 des meilleurs films de science-fiction des 10 dernières années : District 9. Il racontait le sort peu enviable d’extraterrestres gentils mais « différents » débarqués par erreur sur terre et parqués dans des camps insalubres pendant des années. Le type de film qui te fait sortir de la salle avec un méchant sentiment de culpabilité devant ton inaction envers le monde cruel dans lequel tu te laisses vivre.

tumblr_lndo2gmF4l1qliizso1_500

Vus comme ça, je vous concède qu’ils sont dégueulasses. Ma main au feu qu’à la fin du film vous en adoptez un.

Donc, c’était, à mes yeux, une garantie de très bon moment ou de déception extrême.

Autant vous dire que j’en suis sortie à la fois ravie, honteuse, peinée, et toutes sortes de sentiments aussi contradictoires les uns que les autres.

Elysium nous projette dans un avenir pas top top où les humains les plus riches sont partis squatter une sorte de vaisseau-Terre Parfaite, laissant là les plus pauvres qui n’ont plus qu’à s’entretuer pour le peu de ressources restantes dans un monde surpeuplé.

la-terre-ravagee

Les Elysiens vivent dans une éternelle pub Ricoré et semblent immortels puisqu’ils possèdent tous une Netbox, une boite qui permet de guérir la pire des blessures ou maladies existantes. Ils ne descendent sur Terre que s’ils y dirigent l’une ou l’autre entreprise.

503elifeinelysium1bm-1373376357

Le héros sera donc Max, alias Matt Damon (qui arrive à nous faire croire qu’il n’est pas trop trop moche alors qu’en fait ce type est plus proche de la pub cochonou que de la couverture de Men’s Health), un Terrien pas toujours honnête, qui vient de se faire irradier mortellement par une des machines sur lesquelles il travaillait dans des conditions absolument intolérables. Son seul salut réside dans le fait de se procurer un billet pour une des navettes illégales menant sur Elysium et une de ses Netbox miraculeuses. Pour cela, il lui faudra accepter des sacrifices et faire des choix pour le moins cornéliens. (Choix cornélien, définition : choix quasi impossible. Exemple : tu préfèrerais avoir, toute ta vie, des bras en viande hachée ou, toute ta vie, être accompagné par 33 canards où que tu ailles? Pour le héros, c’est pareil, en moins rigolo quand même)

PicMonkey Collage

L’avis de la rédaction…

Malgré quelques bémols légers légers, c’est un film à voir absolument. Les minutes passent à une vitesse hallucinante et la tension grimpe tellement qu’on en oublie de boire son coca (light).

Les méchants sont très très méchants, peut-être un peu trop pour être crédibles, surtout quand la méchanceté leur va aussi mal qu’à Jodie Foster, ZE grande politicienne hyper agressive et pas du tout politiquement correcte « Tuez-moi ces pauvres ».

Ok, elle a un peu l'air sortie de Star Trek.  Et là, c'est le moment où elle balance le VRAI méchant, Kruger, comme Freddy.

Ok, elle a un peu l’air sortie de Star Trek.
Et là, c’est le moment où elle balance le VRAI méchant, Kruger, comme Freddy.

Le méchant à la palme, c’est Kruger, sans qui le film perdrait un peu de son charme puisqu’on a toujours besoin d’un vrai psychopathe et que lui, vraiment, dans les films de Blomkamp, c’est vraiment un connard. C’est aussi lui, l’enflure de District 9 qui finit tout bien puni d’avoir été méchant.
Certes, on ne comprend pas bien pourquoi il a toute cette haine en lui, mais c’est pas vraiment le genre de type auquel tu proposes un « Tu veux qu’on en parle? ».

Le méchant que rien n'arrête...

Le méchant que rien n’arrête…

Dans tout ça, j’ai presque l’air de ne pas avoir aimé, vous me direz. Que nenni, là, je vous expose mes petits points négatifs. Parce que niveau empathie, je ne vous ai pas parlé des personnages qui font battre le petit cœur de tout un chacun… à savoir, la gentille infirmière dont la fille agonise d’une leucémie et qui n’aurait besoin que d’une Netbox, elle aussi (tu le sens venir, le choix cornélien?). Mais j’en dis trop, il vaut mieux que je m’arrête.

DF-KF-07411_t614

Bref, oui, Elysium est manichéen comme un Disney, violent (bien qu’enfants admis…) et pas toujours très original au niveau du scénario, mais il permet quand même de se poser deux trois questions, de rester scotché(e) pendant toute sa durée et il provoque à merveille un bouleversement qui ne vous permet pas de vous endormir malgré la semaine corsée que vous venez de vivre.

Autant Gab que moi avons fini en larmes (et c’est pas peu dire, il faudra d’ailleurs qu’on vous fasse un petit article sur notre mascara waterproof que c’est trop d’la balle) au point qu’on retenait péniblement nos bouhouhouuuuuuuuuu sanglotants. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le but est atteint : identification, empathie, autre monde. Pendant 1h et des grosses poussières, on a oublié que notre mission n’était pas de sauver le monde.

En vrai, c'était du popcorn. Comme quoi des fois, on vous ment.

En vrai, c’était du popcorn. Comme quoi des fois, on vous ment.

 

Allez, filez le voir, faites vos devoirs…

Merci de nous lire,

 

Love Peace Flex,

 

Chrys