L’ortograf say un portant (article pa rigaulo)

Ode à ma langue…
J’ai la joie/le malheur/la folie (biffez la mention inutile), d’enseigner le français.
Pardon, j’ai EU la joie/la folie/le malheur d’enseigner le français pendant 13 ans. Depuis, par un curieux hasard, je suis prof d’histoire. Et ça me remonte le moral.

J’en étais venue à envisager mon travail (qui est une vocation. On n’est pas prof pour les vacances, c’est un mensonge, ça…) (enfin pas QUE…) comme une sorte de course vaine contre la nouvaile logik des chausse.

bordeaux-affichage-opignons

Bah vouich, parce qu’aujourd’hui, l’orthographe, ma bonne dame, ce n’est plus qu’est-ce que c’était…

En gros, tout le monde s’en fout, parents, élèves, voire collègues.
Du stagiaire qui vous passe entre les mains et qui obtient son diplôme en vous envoyant « Je répond à votre lettre » et des leçons truffées de « Corriges l’affirmation ci-dessous » et autres « Je demande aux élèves si l’auteur du texte a-t-il voulu transmettre ce message ».
Au parent qui pense que « c’est pas très juste de retiré des points juste pck mon fils à fait des fautes d’orthographe. On comprenais quand même le sens du texte, s’est ça l’important. »
Aux élèves qui avouent que les parents s’en foutent et que non, ils n’ont jamais appris ça en primaire.

Sans parler des collègues qui mettent des notes au journal de classe, sans même avoir honte d’y glisser une faute d’orthographe grosse comme les regrettées Twin Tower.

ortho3

Après, on s’étonne de ne plus se comprendre entre voisins.

Et d’entendre votre inspecteur d’histoire vous dire que non, vous ne pouvez pas prendre en compte l’orthographe.
Et celui de français vous rappeler que la dictée, c’est le mal. Que le systématique, c’est Satan.
Soit.
Ainsi donc, mes enfants, nous nous retrouvons avec des élèves qui considèrent que « la température baise » en sciences.
Il ne s’agit que d’un petit « s » me direz-vous. Certes. Je me réjouis de voir ce qu’en pensera leur patron lorsqu’ils feront la même confusion dans un rapport plus tard.
R.I.P. l’orthographe. Et la jolie langue de Molière qui « parle quand même pas comme nous oufti madame! c’est vraiment du français? »
Sauf qu’on retrouvera sans doute une partie de ces gosses sur les bancs des cours du soir de grammaire et orthographe dans dix ans, comme les adultes auxquels j’enseigne aujourd’hui et qui ont fini par avoir trop honte de voir leur intellect réduit, aux yeux des autres, à la qualité de leur faible maîtrise orthographique.
C’est un peu triste, si l’on y songe, que l’école de 2014 n’offre plus les cours de base de langue maternelle et que l’on finisse contraint d’aller les chercher en promotion sociale, à un âge où il devient tellement plus complexe d’acquérir des réflexes orthographiques.
Tout le monde s’en fout? Peut-être. Peut-être pas.
Mais n’oublions pas que maîtriser sa propre langue permet la compréhension. Dans toutes les matières, dans tous les domaines.
Il me semble me rappeler que ce fut une lutte autrefois, même si elle est bien lointaine. Nos pauvres aïeux doivent frémir à l’idée que nous fermons nous-mêmes l’accès à la culture pour lequel ils se sont battus afin de ne plus être soumis au règne des bourgeois intellectuels.
Mais quoi qu’on en pense, quoi qu’on me dise ou m’impose, ce n’est pas demain la veille que je considérerai qu’une réponse valable à l’écrit peut commencer par « Ben alors… » ou que « les trase icnophique permate savoir ci l’hauteure a réson »* veut dire quelque chose.

* l’élève voulait dire « Les traces iconographiques permettent de savoir si l’auteur a raison ». Il s’agit d’une phrase rédigée par un élève de deuxième générale, intellectuellement tout à fait normal et qui ne constitue pas une exception.

Je n’aborderai pas ici la difficulté de la syntaxe sous toutes ses formes et la disparition systématique du vocabulaire dit « littéraire ». Mais sachez que, lorsque vous expliquez à un élève qu’il a confondu un mot avec un autre, il vous répond « Ah bon, vous le voyez comme ça, ce mot-là. Pas moi. »
Parce que naturellement, chacun sa langue et Dieu pour tous.

Tout ça pour dire que Babel, c’est pour demain.

ortho2

signature

51 réflexions sur “L’ortograf say un portant (article pa rigaulo)

  1. Ah ah ah, merci !
    Je n’arrive plus à trouver de livre ou de magazine ne contenant pas au moins une faute niveau primaire. Pour la pub, internet et la blogo, j’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai saigné des yeux.
    Un des autres problèmes de l’absence de maîtrise de sa propre langue (orthographe, grammaire, vocabulaire), c’est l’incapacité à formuler sa pensée ou à concevoir des notions complexes. Et c’est infiniment plus grave qu’un problème d’image sociale. Je préfère en rire, ça vaut toujours mieux qu’une crise de panique au moindre échange avec le monde extérieur.

  2. Oui mais à eux on pardonne tout ! C’est comme la nouvelle génération de salariés qui ont tous les droits : répondre au patron, être en retard, faire des conneries au taf mais toi ? Toi, dans le bureau d’à côté du haut de tes 35 ans tu es de la génération élevée aux heures supp et aux 39 heures, de celle qui culpabilise quand elle fait une erreur, de celle qui ne répond pas au big boss et qui ferme sa gueule parce que ledit big boss te virerait sans remord TOI mais certainement pas le glandeur de 25 ans parce que lui ce n’est pas sa faute, il est de la génération des incultes branleurs alors on fait avec.
    Depuis que cette génération est entrée dans la vie active le monde du travail est devenu un enfer …

  3. « Et celui de français vous rappeler que la dictée, c’est le mal » Quoi ? Comment ? Mais les formateurs n’ont pas arrêté de nous dire cette année qu’il fallait qu’on fasse minimum une dictée par séquence… Diantre !

  4. Malheureusement je remarque que ce phénomène est déjà ancré dans ma génération (j’ai l’âge de Gabrielle), mais je remarque aussi que nous sommes quelques-uns (trop peu dirais-je) à lutter contre cela -> les « grammar nazis », c’est nous. C’est bien dommage d’être appelés comme ça alors que nous demandons juste de ne pas avoir les yeux meurtris avec des fautes au-delà du concevable. Parce que quand on dit « c’est coi qu’on doit faire », en étant francophone, je me demande comment c’est possible, vu qu’on apprend quand même à écrire pendant 12 ans avant d’arriver dans l’enseignement supérieur, non? NON. Et puis quand même, « on fait des études d’ingénieur, pas les romanes, alors l’orthographe Catherine, tout le monde s’en fout! ». Hum. Tu veux faire partie des gens qui recherchent des nouvelles opportunités pour l’humanité, maîtriser des concepts parfois relativement compliqués, sans même maîtriser ta langue maternelle? Je ne me réjouis pas de voir ça!

    • « on fait des études d’ingénieur, pas les romanes, alors l’orthographe Catherine, tout le monde s’en fout! »

      TYPIQUE.

      Un stagiaire m’a même dit cette année « non mais je veux être prof d’histoire, pas de français donc c’est quand même pas si grave si je fais deux trois fautes »…
      Un futur prof.

      MOURIR

      • Vraiment triste oui! Surtout si les nouveaux profs sont ainsi, n’espérons plus rien des élèves etc… Jusqu’à l’apocalypse de la langue française 😛

        Tiens je viens de me rappeler une anecdote avec ma sœur qui me demandait comment épeler « connaissance ». Je lui ai fait remarquer que c’était un mot assez simple et courant (juste comme ça) et ai reçu comme réponse: « oh ça va, tu crois que j’utilise ce genre de mots dans mes textos ou dans mon devoir pour l’école? » … *gasp*

      • Alors en tant qu’ingénieur, je n’engage pas de jeunes ingénieurs qui font des fautes, parce que nos clients n’aimeraient sûrement pas recevoir des rapports d’études qu’ils devraient lire à haute voix pour les comprendre !

  5. Je suis personnellement traductrice, et mon métier fait que je passe beaucoup de temps à relire la prose de collègues (la plupart des traductions sont relues par une personne autre que le traducteur d’origine, car il est toujours plus facile de voir les fautes des autres !). Des fautes nous en faisons tous. Mais quand je vois des horreurs qui me font grincer des dents, horreurs rédigées par des soi-disant professionnels de la langue.. Parfois j’ai envie de jeter mon ordi. Mais pour moi c’est aussi une vocation, alors j’essaie de prendre les choses à l’envers – cette faute-là, zou, elle sera pas publiée au moins. Je pratique une éradication douce. 🙂

      • Chez moi aussi (dans le collège des enfants, je veux dire), les profs retirent des points pour les fautes d’orthographe ou de grammaire. Perso, j’approuve à fond. Parfois, quand il y a trois fautes sur le même mot, j’irais jusqu’à dire qu’il faudrait enlever trois points, tiens.
        Quand je vois les rédactions de ma fille, qui a 11 ans, je frémis, j’ai mal aux yeux… pourtant je la reprends et la corrige systématiquement. Y a un peu de progrès au fil des ans, mais c’est long.

        Toujours à l’école, en histoire géo, la prof aussi enlève des points (quoique moins qu’en français, c’est vrai), tout comme la prof de SVT. Mais elles nous avaient prévenu en début d’année ! Ici, pas de quartiers, les récalcitrants l’apprendront à leurs dépens ! Il y a beaucoup de parents à qui ça ne plaît pas, c’est vrai.
        Moi aussi j’ai été traitée de nazi de l’orthographe, de sale snob… Vouloir bien écrire, c’est devenu snob ? Pfff.
        Quand j’étais jeune, je bossais mon orthographe avec ma grand-mère, passionnée de français (et enseignante en primaire), et on faisait les dictées de Pivot ensemble. J’adorais. Je pense qu’on peut aimer la « belle langue » sans être un « bolosse », non ? 😀

  6. Salutations :p

    J’ai découvert ce blog par le biais d’une amie d’enfance et je dois dire que depuis j’y passe souvent, il me fait bien rire ce site et puis c’est bien écrit, alors c’est agréable du coup ~

    Je suis étudiante en M1 systèmes et réseaux (informatique en gros), j’ai 25 ans, et je dois dire que oui, je fais encore des fautes des fois/souvent. C’est surtout des oublis, un s, un é ou ée zappé et non, ça ne change en rien la syntaxe ou le sens de ma phrase, et quand je les remarque, je me dit « ah zuut … ».

    Après je trouve franchement que oui, beaucoup de jeunes ne savent plus écrire, j’ai travaillé 3 ans avant de reprendre mes études, ce qui fait que je suis un peu plus âgé que la moyenne de ma classe, et oui, je crise parce que le vocabulaire et la syntaxe c’est une horreur quand je relis mes petits camarades de classe. J’ai l’impression de relire des collégiens … sauf que ce sont des bac+4 … Et je vous parle même pas de la maturité. Je sais même pas comment c’est possible, j’ai pas été élevé comme ça du coup … moi pas comprendre.

    Ma mère qui était très littéraire, à tous fait pour m’enseigner le Français, et au final ça reste largement potable quand je vois les autres aujourd’hui, mais à moins d’être vraiment passionné … je sais pas, mon Français n’est pas parfait, je fais toujours des fautes, et pourtant, je lis énormément, j’adore ça en plus, mais voila, je suis tête en l’air, pis bon, mes cours avec les COD, accords, participe passé, conjugaison etc etc … ça remonte maintenant ~

  7. Salutations :p

    J’ai découvert ce blog par le biais d’une amie d’enfance et je dois dire que depuis j’y passe souvent, il me fait bien rire ce site et puis c’est bien écrit, alors c’est agréable du coup ~

    Je suis étudiante en M1 systèmes et réseaux (informatique en gros), j’ai 25 ans, et je dois dire que oui, je fais encore des fautes des fois/souvent. C’est surtout des oublis, un s, un é ou ée zappé et non, ça ne change en rien la syntaxe ou le sens de ma phrase, et quand je les remarque, je me dit « ah zuut … ».

    Après je trouve franchement que oui, beaucoup de jeunes ne savent plus écrire, j’ai travaillé 3 ans avant de reprendre mes études, ce qui fait que je suis un peu plus âgé que la moyenne de ma classe, et oui, je crise parce que le vocabulaire et la syntaxe c’est une horreur quand je relis mes petits camarades de classe. J’ai l’impression de relire des collégiens … sauf que ce sont des bac+4 … Et je vous parle même pas de la maturité. Je sais même pas comment c’est possible, j’ai pas été élevé comme ça du coup … moi pas comprendre.

    Ma mère qui était très littéraire, à tous fait pour m’enseigner le Français, et au final ça reste largement potable quand je vois les autres aujourd’hui, mais à moins d’être vraiment passionné … je sais pas, mon Français n’est pas parfait, je fais toujours des fautes, et pourtant, je lis énormément, j’adore ça en plus, mais voila, je suis tête en l’air, pis bon, mes cours avec les COD, accords, participe passé, conjugaison etc etc … ça remonte maintenant ~

    • Le manteau et les chaussures mouillés/ Le manteau et les chaussures mouillées. « Un é ou ée zappé ça ne change en rien le sens de ma phrase » ? ahh zut.

  8. C’est vrai qu’il est pas rigolo cet article. D’ailleurs, en Philo & Lettres à l’ULg, les étudiants de commu passent un test de français (supplémentaire à celui de tous les étudiants philo confondus) en 2ème année et ont des cours de remédiation si nécessaire. Première leçon: le présent de l’indicatif. Et je me suis faite mitraillée pour avoir eu le malheur de dire que ceux qui n’avaient pas encore assimilé ce temps étaient des abrutis.
    J’étais peut-être trop dure dans mon jugement, et les programmes d’enseignement, vraiment trop faibles. 😦

  9. Hmm .. juste pour dire, au moment où j’ai commenté y a eu une sorte de bug … Pauline ou Sword-phrn c’est le même, j’ai essayé de vous l’écrire en privé j’ai pas trouvé la possibilité, vous pouvez donc effacé un des deux :p
    Désolé pour le dérangement ^^

  10. « Mais quoiqu’on en pense, quoiqu’on me dise »
    => Quoi qu’on en pense, non ?
    http://grammaire.reverso.net/2_1_81_quoique_quoi_que.shtml

    Mais c’est vrai que les fautes systématiques (on est humains, l’erreur reste permise) c’est insupportable.

    Je trouve quand même rassurant qu’au moins, un jour, même si c’est à l’âge adulte, le français correct ait encore assez de valeur pour qu’on se sente embarrassé de ne pas le maîtriser. Pour combien de temps, je sais pas, mais bon.

  11. J’approuve. Genre vraiment.
    J’ai 17 ans et j’ai vraiment l’impression que tout le monde se fout de l’orthographe. Ça me tuuuue!
    Okay il m’arrive de faire des petites fautes genre mettre t à la place de s mais dans l’ensemble je fais gaffe.
    Je connaissais une fille, elle avait carrément banni les accents ô.ô
    Bref, j’ose même pas imaginer ce qu’on peut trouver en corrigeant des copies!

    En passant, j’adore ce blog ❤

    • Je suis vraiment heureuse de lire cet article et des commentaires comme celui-ci. Car j’ai de plus en plus l’impression d’être une « vieille conne » et ce depuis mes 18 ans… J’en fais 28 dans une dizaine de jours, et même auprès des personnes de ma génération j’ai l’impression de faire partie d’une sorte de sphère privilégiée de l’orthographe! Je n’irais pas jusqu’à dire que la mienne est parfaite, pire, je pense qu’à force de lire tant de massacres de la langue sur internet ma vigilance s’élime et j’en perds mes mots…
      Cependant je tiens à préciser que ce n’est pas du tout une tendance snobinarde comme certains le disent : mes parents sont ouvriers et ont cessé l’école à la fin du collège, ce qui ne les a jamais empêchés de faire moins d’erreurs que les énergumènes dont on parle.
      Cela me fait chaud au cœur de voir que d’autres personnes saignent des yeux quand elles voient des affichages avec des fautes (je me suis déjà faite insulter sur facebook parce que j’avais osé mentionner qu’il y avait une faute sur un nom de produit d’un artisan…) et qui ne peuvent s’empêcher de les voir.
      Je ne pense pas non plus que le problème vienne des réseaux sociaux et des SMS comme certains peuvent le prétendre : je suis une gameuse finie et j’envoie des sms comme tout le monde, mais je sais adapter mon langage.

      J’ai également eu une remarque du style : « tu C té pa obligé de soigné ton orthographe ac moi c pas pck je sui prof de francé kje sais pa me détendr, te pren pa la têt »
      Mais bien sûr…

      Il y a une dernière chose qui me fait suer : n’est il pas juste qu’on apprend en Français qu’il n’y a pas d’accent sur les majuscules? Parce que ces chers correcteurs orthographiques automatiques ne manquent pas de te souligner Egalité si tu n’écris pas Égalité…

      Bref, MERCI <3, et je partage!

      • En fait, l’accent est conseillé par l’Académie française… Je te copie-colle un extrait de leurs recommandations :

        « Quant à l’utilisation des accents sur les majuscules, il est malheureusement manifeste que l’usage est flottant. On observe dans les textes manuscrits une tendance certaine à l’omission des accents. Il en va de même dans les textes dactylographiés, en raison notamment des possibilités limitées qu’offrent les machines traditionnelles. (…)

        On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À, comme le font bien sûr tous les dictionnaires, à commencer par le Dictionnaire de l’Académie française, ou les grammaires, comme le Bon usage de Grevisse, mais aussi l’Imprimerie nationale, la Bibliothèque de la Pléiade, etc. (…) »

        Voilà 🙂 (cela dit, l’omission est courante et tolérée depuis La Nouvelle Orthographe)

  12. Mon fils a une prof qui retire des points quand il y a des fautes et je valide totalement quand je vois la façon de travailler des élèves, qui..S’en tape en fait, et rendre un devoir correct fait partit du respect je trouve, que ce soit le soin la présentation et la grammaire conjugaison orthographe, quand mon fils rentre en m’expliquant que sa prof est trop nulle car elle lui a retiré des points je lui demande son devoir et parfois j’ai envie de pleurer, car le concernant c’est du je m’enfoutisme et ça je passe pas…
    Après les différents médias qui passionnent les jeunes n’aident pas à relever le niveau
    Les profs sont plus courageux j’ai un grand respect pour votre métier!!

  13. Je suis bien d’accord avec vous! Mais depuis les sms et autres réseaux sociaux en tout genre, on voit vraiment une dégradation du français écrit 😦 Ce qui m’agace encore le plus, c’est qu’à force de lire ces fautes monstrueuses, je commence à les reproduire moi aussi! 😥 Je ne dis pas que j’écris toujours sans faute, mais il me semblait néanmoins avoir une assez jonbe orthographe et maintenantje déplore l’avoir un peu perdue 🙂

  14. Ces critiques sont vraies, mais, en ce qui concerne les commentaires, peut-être serait-il bon de se relire soi-même avant de se penser supérieur aux autres, non ?

    Ensuite, Tittounett : « Oui mais à eux on pardonne tout ! C’est comme la nouvelle génération de salariés qui ont tous les droits : répondre au patron, être en retard, faire des conneries au taf mais toi ? Toi, dans le bureau d’à côté du haut de tes 35 ans tu es de la génération élevée aux heures supp et aux 39 heures, de celle qui culpabilise quand elle fait une erreur, de celle qui ne répond pas au big boss et qui ferme sa gueule parce que ledit big boss te virerait sans remord TOI mais certainement pas le glandeur de 25 ans parce que lui ce n’est pas sa faute, il est de la génération des incultes branleurs alors on fait avec.
    Depuis que cette génération est entrée dans la vie active le monde du travail est devenu un enfer … »

    Je me permets de vous répondre : j’ai 23 ans et je travaille en tant qu’ingénieur chimiste, je ne parle pas à mon patron comme à un chien, j’ai le sens des règles et du respect. En revanche, je ne m’écrase pas devant les autres, je n’ai pas peur de mes supérieurs, et je sais plaisanter au boulot. De plus, je suis bien loin de « glander », je fais bien plus de 39 heures par semaine, et je prends mon travail à coeur. Donc merci d’éviter ce genre de commentaires très mal placés.

    • Bah non, il suffit de lire tous mes commentaires et notamment le 2ème où je dis qu’hélas je parle de mon vécu, pas de généralité. Mais rassurez-vous, des glandeurs au taf il y en a de toutes les générations c’est juste qu’en l’occurrence on parle de la vôtre dans cet article donc je commente sur mon expérience avec cette tranche d’âge ni plus ni moins.

  15. Personne n’avait employé le terme « supérieur » il me semble… La bonne maîtrise de l’orthographe ne rend pas supérieur, à mon humble avis. C’est plus une question de respect, je dirais.

  16. Ah l’orthographe…..
    Je vais partager une expérience vécue….par moi même.
    J’ai actuellement 34 ans et il y a environ 10 ans, je « tchattais » beaucoup sur le net. Et j’écrivais en abrégé. Un jour, ma chef me demande de rédiger un mail (elle l’avait rédigé au brouillon sur une feuille). Je rédige le mail et conscience professionnelle quant tu nous tient, je relis avant de cliquer sur envoyer. Et là, je m’aperçois que j’avais rédigé le mail comme j’écrivais sur les sites de « tchat ». Depuis ce jour, je n’écris plus en abrégé. Que ce soir un mail, un sms ou même un brouillon lors d’examen, j’en suis incapable.
    Devenue mère de famille entre temps, avec mon homme, on s’est réparti les matières pour notre fille. Je l’aiderai en français (et avec moi, il y aura des dictées non préparées) et lui les sciences (notamment les maths car les chiffres et moi, ça fait 2).

  17. Rhooooo purée, dans mes bras !!!!!!
    J’ai les poils du dos qui se hérissent bien souvent en lisant des fautes énormissimes !!!
    Et s’il y a bien qqchse que je veux inculquer à mon fils, c’est l’orthographe, si importante à mes yeux!
    Je me dis qu’un jour peut être viendra où celui qui écrira correctement sera honoré au lieu d’être méprisé…
    Pour le moment en tout cas, en lisant les mails de certains cadres supérieurs de mon entreprise, je continue à m’arracher les cheveux toute seule dans mon coin et à me dire que je dois être LA débile de la société à y voir qqchse de problématique….
    M’enfin, ce matin, en lisant ton article, rhaaaa, j’me sens moins seule! Merci!
    G

  18. Et si finalement, le coeur du problème c’était la langue orale ?
    C’est vrai qu’on parle mal. Même moi.
    Combien de fois je zappe le « ne » dans une négation « J’ai pas envie », « je sais pas »
    L’apprentissage de la langue maternelle, se fait dès les premières années, par la langue que l’on parle avec son entourage (famille, amis, crèche, maternelle). Et si dès le départ, l’enfant entend une langue complètement déformée (« T’sais, la fille que j’te parle », « je vois pas ousk’il est le problème » etc), je pense qu’il part avec une base fort peu étoffée ou solide pour l’aider dans l’apprentissage de la langue écrite.
    alors, c’est vrai qu’avec mon fils de 5 ans, je lui parle le mieux possible; pas une langue châtiée ou trop compliquée non plus. Mais je pense qu’un « peux-tu m’aider à mettre la table? » ou un « Je voudrais que tu ranges tes jouets avant de partir chez nonno et nonna » sont prononçables par des parents, compréhensibles pour des enfants et corrects grammaticalement. Et ça change des constructions de phrase typiques des parents fatigués « Met la table! », « Range tes jouets! Dépêche! »
    Le boulot est aussi à faire par les parents 😉
    Bonne vacances, les profs !!

  19. Je suis venue lire un article sur le henné, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’aller faire un tour dans la rubrique « Wonderprof ». Entendons-nous bien, c’est de la simple curiosité professionnelle ; je ne suis pas en train de procrastiner au lieu de préparer mes cours ! 😉
    Merci d’être indignée et de le dire. J’ai face à moi ton public auquel quelques années de plus n’ont pas apporté la révélation orthographique (ni syntaxique…ni grammaticale…). J’enseigne à des étudiants de lettres, dont un certain nombre se destinent à l’enseignement. Et depuis l’an dernier, j’ai mis au point avec des collègues un cours de remise à niveau orthographique, qui attire des étudiants venus de droit, de sciences et même de médecine… Nous avons dû refuser du monde ! C’est dire si le problème est sensible. Vers la vingtaine, certains se rendent compte du manque, mais il est difficile d’acquérir si tard des automatismes qui seraient si aisés à intégrer durant l’enfance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s