La trilogie de Bartimeus : une série jeunesse pas que pour les jeunes…

J’avais une fâcheuse envie de romans fantastiques dans le style de ce cher et rare Harry Potter… Ma copine Nadeige, qui lit plus que de raison, a eu la bonne idée de me conseiller cette série, parlons-en!

Il s’agit, comme son nom l’indique, d’une trilogie dont le premier tome s’intitule L’Amulette de Samarcande.

index

pitch

Dans un Londres imaginaire, le monde est dirigé par les magiciens, une élite arbitraire et souvent peu intéressée par les souffrances des plébéiens, ces autres humains non dotés de pouvoirs magiques.

Les magiciens n’ont de pouvoirs que parce qu’ils maîtrisent des démons qu’ils soumettent à leur volonté par des formules magiques apprises dès leur enfance.

Nous faisons alors la connaissance de Nathaniel, un petit garçon magicien, enlevé à ses parents pour suivre une formation magique chez un ministre secondaire chargé de faire son enseignement, comme l’ordonne la loi de cette élite.

Nathaniel est seul, son mentor le considère à peine, lui enseigne peu et le laisse apprendre seul ce qu’il a à savoir…

Jusqu’à ce qu’il invoque en secret le djinn Bartimeus, un démon puissant, très ancien, qui a déjà obéi à Ptolémée bien avant Jésus Christ…

24200745bartimeus-2-jpg

C’est toute la vie de Nathaniel que nous allons suivre durant ces trois tomes. Nous suivons également les révoltes populaires, l’évolution de la résistance et rencontrons Kitty, une jeune résistante qui va changer le cours de la vie des héros.

la-trilogie-de-bartimeus,-tome-3---la-porte-de-ptolemee-13691-250-400

avis

Beaucoup de bien.

Il est rare de voir évoluer un personnage autant que Nathaniel pour lequel on passe par tous les sentiments possibles au sein d’une même histoire.

Bartimeus, le démon, est entré dans mon « catalogue des personnages que j’aime pour toujours ». Son impertinence permanente et son humour m’ont accrochée très vite. Et quelle tendresse il inspire lorsque l’on découvre son histoire pas à pas!

Il s’agit donc, au départ, d’une série pour jeunes lecteurs (à partir de 14 ans selon moi, bien qu’il soit conseillé à partir de 11 ans : le côté politique de l’histoire n’intéressera que les très très bons jeunes lecteurs). Pourtant, mes 37 ans ont beaucoup aimé ces romans-bonbons. J’appelle « romans-bonbons » ceux que l’on retrouve avec délice au moment d’aller se coucher…

C’est facile à lire, plein d’humour, de sérieux, l’intrigue est sans temps morts, les rebondissements passionnants, bref, un plaisir simple enfermé dans plus de 1500 pages (et quand on aime lire, suivre des personnages que l’on aime pendant de nombreuses pages est toujours un plus).

L’hiver se pointe, les copains. Laissez Bartimeus, Nathaniel et Kitty vous le rendre plus doux!

signature

Harry Potter Addict… (avec wishlist de sorcière)

Il y a environ douze ans (oui, déjà douze ans…), j’ai acheté un peu par dépit le premier tome d’Harry Potter, uniquement parce que mes élèves en parlaient en permanence. Le troisième ou quatrième tome venait de sortir. J’ai lu avec tendresse le tome 1, ai acheté le tome 2 que j’ai lu avec un peu plus d’intérêt et j’ai fini par me précipiter sur chacun des tomes suivants.
Harry, c’est un peu mon doudou à mois. Quand l’hiver est trop long, que j’ai le moral dans les bas de soie (si,si), que le régime ne fonctionne pas, que je suis fatiguée et en état de ras-le-bol chronique, je relis Harry. Parfois les 7 tomes d’affilée en un mois compulsif d’autorassurage (je dis comme je veux) enfantin. Ma fille suit mon chemin : à 7 ans, elle a lu les deux premiers tomes. Je l’ai arrêtée là car les suivants me semblent un peu ardus…
Ainsi donc, parfois, je tombe sur des perles de petits bonheurs sur le web.
J’ai donc retrouvé les informations communiquées par J.K. Rowling lors d’un chat en 2007 dans lequel elle racontait « ce qu’étaient devenus les personnages après la fin du tome 7 ».
Personnellement, ça m’a fichu un de ces petits coups au cœur que seule la mélancolie peut donner.
Je vous fais donc un piti copier-coller (ne nous foulons pas, ce serait risquer l’entorse)… Puis je vous montrerai ma wishlist spéciale Harry Potter…
Au cours d’un chat le 30 juillet 2007, J.K. Rowling a précisé ce qu’étaient devenus plusieurs personnages :
  • La nouvelle directrice de Poudlard est Minerva McGonagall (comme indiqué dans les Contes de Beedle le Barde, publiés en 2008 par J.K. Rowling).
  • Depuis que la malédiction a été levée, suite à la disparition définitive de Voldemort, il y a désormais un professeur de défense contre les forces du mal permanent à Poudlard.
  • Marietta Edgecombe, l’amie de Cho, garda pour très longtemps encore les stigmates de sa traîtrise.
  • Firenze est retourné vivre au sein de son troupeau, ses congénères ayant reconnu qu’il s’était conduit honorablement.
  • Winky, l’ancienne elfe de maison des Croupton, est toujours à Poudlard. Elle s’est un peu calmée sur la Bièreaubeurre. Elle fait partie des elfes de maison qui ont attaqué les Mangemorts dans la bataille finale.
  • La bague des Gaunt resta là où elle était tombée : enfoncée dans le sol par un sabot de centaure au cours de l’assaut de Poudlard.
  • La maison des Serpentard n’a plus d’idées de sang pur et de sang souillé.
  • Teddy Lupin est élevé par sa grand-mère, Andromeda Tonks, mais est aussi très proche de son parrain Harry Potter. Il avait aussi tous les amis de son père dans l’Ordre, chez qui il pouvait passer du temps. C’est un Métamorphomage, comme sa mère
  • Rita Skeeter aurait écrit la biographie « Rogue : ange ou crapule ? ». Selon J.K.Rowling, elle contiendrait un quart de vérité et trois autres bons à jeter à la poubelle…
  • Kingsley devient ministre de la Magie de façon permanente et réforme tout le fonctionnement du ministère. La corruption a disparu du Ministère de la Magie, et avec Kingsley à sa tête, la discrimination, qui avait toujours été latente, a été éradiquée. Bien entendu, Harry, Ron, Hermione et Ginny ont eu un rôle important dans la reconstruction du monde magique à travers leurs carrières respectives.
  • Ombrage a été interrogée et emprisonnée pour crimes contre les sorciers nés-moldus.
  • Depuis que Kingsley est devenu Ministre de la Magie, les Détraqueurs ne sont plus utilisés comme gardiens de la prison d’Azkaban, ce qui fait que la Grande-Bretagne est un pays bien plus ensoleillé qu’avant.
  • Les Malefoy ont échappé à la prison car ils ont aidé Harry à la fin de la bataille de Poudlard.
  • Cho Chang s’est finalement mariée avec un moldu.
  • Attaquée par Greyback lors de la bataille de Poudlard, Lavande a survécu à ses blessures, après un séjour à Sainte Mangouste. Elle s’est mariée avec Seamus et travaille au Ministère de la Magie.
  • Dean est un sang-mêlé : il est issu d’une famille reconstituée. Sa mère et son beau-père sont des moldus et il a de nombreux demi-frères et demi-sœurs. Son père était un sorcier, qui fut tué lors de la première guerre par les Mangemorts, car il avait refusé de rejoindre leur camp.
  • George s’est marié avec Angelina Johnson et a appelé son fils ainé Fred. Il a également une petite fille prénommée Roxanne. Il ne s’est jamais remis réellement de la mort de son frère jumeau.
  • Percy est devenu un haut responsable du ministère sous Kingsley. Il s’est marié avec une certaine Audrey, et a eu deux enfants nommés Lucy et Molly.
  • Charlie, lui, n’a pas eu d’enfants et ne s’est jamais marié. J.K.Rowling a précisé qu’il n’était pas gay, mais qu’il préférait les dragons aux femmes.
  • Les enfants de Bill et Fleur s’appellent Victoire (qui a 18 ans dans l’épilogue), Dominique (13 ans) et Louis (12 ans). Ils sont tous les trois à Poudlard dans la maison de Gryffondor. Victoire est la petite-amie de Teddy Lupin. Elle a une chevelure blond-argent et des yeux bleus comme sa mère. Elle a été nommée ainsi en hommage à la victoire de la bataille de Poudlard; elle est née un 2 mai, le jour d’anniversaire de la bataille finale.
  • Au contact des Détraqueurs, dans le tome 5, Dudley s’est vu pour la première fois tel qu’il était vraiment.
  • Après le septième tome, Harry et Dudley se verront assez pour s’envoyer des cartes de Noël. Mais ils se rendraient visite plus par devoir qu’autre chose, et s’assiéraient en silence à table pour que leurs enfants puissent se voir.

D’autres informations éclairent l’histoire de Dumbledore révélée dans ce tome :
  • L’épouvantard de Dumbledore était le cadavre de sa sœur Ariana. Il voit sa famille réunie dans le Miroir du Riséd.
  • Dumbledore était homosexuel et avait des sentiments pour Grindelwald.
Pour ce qui est des personnages principaux:
  • Drago se marie avec Astoria/Asteria Greengrass- voir la note sur le nom de ce personnage sur le Harry Potter Lexicon, de Steve Vander Ark-, la plus jeune fille de la famille Greengrass. Ils ont un enfant prénommé Scorpius Hyperion. Il aurait, à défaut d’une amitié, au moins une relation correcte avec Harry.
  • Luna a épousé Rolf Dragonneau, petit-fils de Norbert Dragonneau, qui a écrit Les animaux fantastiques. Ils ont eu des jumeaux prénommés Lorcan et Lysander et parcourent le monde à la recherche d’animaux étranges. Ayant beaucoup voyagé, elle aura ses enfants bien plus tard qu’Harry et les autres. Elle a finalement accepté que les Ronflaks Cornus n’existaient pas, et qu’ils n’ont été qu’une invention de son père. Elle est devenue une sorte de naturaliste qui parcourt le monde à la recherche des créatures magiques les plus étranges et les plus rares.
  • Neville Londubat s’est marié avec Hannah Abbott qui dirige maintenant le Chaudron Baveur. Il est devenu professeur de botanique à l’école de Poudlard, et aime de temps à autre montrer à ses élèves émerveillés le galion enchanté de l’A.D.
  • Ginny va jouer dans la ligue professionnelle de Quidditch avec l’équipe des Harpies de Holyhead. Elle arrêtera quand elle aura des enfants pour travailler à la Gazette du Sorcier, rubrique Quidditch. Elle s’est mariée avec Harry, et ont trois enfants appelés James Sirius (12 ans, né en 2005), Albus-Severus (11 ans, né en 2006) et Lily Luna (9 ans, née en 2008). James Sirius est le portrait craché de son grand-père paternel. Albus-Severus ressemblerait davantage à Harry, ayant aussi les yeux vert de sa grand-mère. Quant à la petite Lily, son impatience d’aller à Poudlard, n’est pas sans rappeler celle de sa mère dans le premier tome.
  • Ron, avec ses amis, a d’abord aidé le Ministère à se réhabiliter après l’infiltration des Mangemorts. Il s’est marié avec Hermione et ils ont deux enfants: Rose (11 ans) et Hugo (9 ans). Rose serait aussi intelligente qu’Hermione. Il a travaillé avec George à la boutique de farces et attrapes, avant de devenir Auror. Comme Harry et Hermione, il a eu droit à sa propre carte de Chocogrenouille. Ron dira que c’est son plus grand instant de gloire.
  • Hermione a obtenu ses Aspic; elle est retournée à Poudlard pour une septième année. Après la bataille, elle a retrouvé ses parents en Australie et a annulé son sortilège d’amnésie. Ayant fait carrière au Ministère, au Département de Régulation et de Contrôle des Créatures Magiques, elle a d’abord réformé les lois sur les elfes de maison avant de devenir haut placée dans le département d’Application des Lois Magiques, malgré ses railleries envers Scrimgeour dans le dernier tome. Elle supprime toutes les lois oppressives et propres aux sang-purs.
  • Harry est entré au service des Aurors à 17 ans, en 1998. Il se serait assuré que l’héroïsme de Rogue soit rendu public, sans pouvoir empêcher Rita Skeeter d’écrire « Rogue : Ange ou Crapule ? ». En 2007, il remplace Kingsley Shacklebolt et devient le directeur du Bureau des Aurors, dont il chamboule totalement le fonctionnement. Ron et Hermione sont parrain et marraine de son fils, James. Il a gardé la moto volante de Sirius, que Mr Weasley a réparée pour lui. Il ne peut plus parler Fourchelang depuis que l’âme de Voldemort a disparu et en est très content. Quant à la carte du Maraudeur, il ne l’aurait donnée à aucun de ses enfants, mais selon J.K.Rowling, James l’aurait piqué dans le bureau de son père un jour. Il donnerait de temps à autre des cours de Défense contre les forces du mal à Poudlard.
Ayé c’est fini… Vous avez versé une larmichette?
Et maintenant, les objets de folie que j’ai trouvé sur le web au hasard de mes tribulations nocturnes (bon, ok, je suis une couche-tôt donc de mes tribulations de fin de journée…)
1. Cette meeeeeeeeeeeerveilleuse bague HP… 18€83 disponible ici chez Etsy.
bague HP
2. Ce sweat avec tous les titres des tomes parfait pour les soirées pyjama… 33€90 sur Etsy ici :
il_fullxfull.439278006_mv6l
il_570xN.506886880_akcj
il_570xN.601605873_n33x
il_570xN.530338633_c7fn
il_570xN.488998434_p9m7
il_570xN.555100146_l1hj
il_570xN.607869923_91v6
ic,x350,iphone5_deflector
Alors je dois admettre que j’ai peut-être un petit souci.
Mais c’est que moi, la magie, je voudrais tellement y croire que tout ça, c’est un peu comme si j’avais à nouveau 8 ans et qu’un monde à côté du monde existait en secret.
Et ça, tu vois, je suis preneuse!
signature

La Mort est mon Métier n’est pas un livre de plage. (mais tu peux le lire quand même)

Oui, je sais, j’avais promis des articles de romans de plage, relax Max, doigts de pieds en éventail et cerveau au repos.

Cela dit vous savez pertinemment qu’il est rare qu’on vous parle d’un roman qui vient de sortir : on préfère vous parler des romans qu’on a aimés depuis toujours, histoire de vous confier nos valeurs sûres.

Puis je suis retombée sur ce roman et pas le choix, la morale (la mienne en fait) voulait que je vous en parle.

9782070367894FS[1]1285584611

Je l’ai lu durant mes études et j’ai dû le relire quelques fois depuis…

pitchIl s’agit des « mémoires » de Rudolf Höß, le commandant d’Auschwitz, le plus tristement célèbre camp d’extermination de la Seconde Guerre Mondiale.

Rudolf, nommé ici Rudolf Lang, est élevé par un père strict, dominateur et catholique fanatique.

Petit à petit, il va évoluer dans une Allemagne ravagée par la première guerre et se diriger vers la S.S. qui lui permettra, étant donné son zèle sans limite, de grimper les échelons jusqu’à diriger l’extermination des prisonniers de son camp.

Rudolf deviendra ensuite obsédé par le travail bien fait, observant les chiffres, analysant les problèmes comme un directeur d’usine de production le ferait, négligeant toute morale ou sentiment humain.

avisRoman marquant, bouleversant, presque traumatisant qui vous pousse à comprendre, voire à plaindre le bourreau, victime d’un système broyant les âmes et les idées.

A l’heure où les extrêmes remontent et passent partout, à l’heure où l’on rabat son mécontentement sur des systèmes « moins laxistes » (c’est bien joli, les euphémismes), à l’heure où « il leur faudrait une bonne guerre », un livre à mettre entre toutes les mains car, s’il était obsolète lors de sa sortie, le voici revenu plus que jamais d’actualité.

oLVXQHG25tNWnU9Jc-d7DDl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9signature

Ce que je sais de Vera Candida…

Deux ou trois personnes m’ont demandé de rédiger quelques articles « Lectures d’été ».
J’ai fait un tour dans ma bibliothèque, me demandant quels livres m’avaient plu au point de vous les conseiller.
En voici donc un : Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé.
vera
Rien que le titre interpelle…
Vera Candida est une femme au passé familial marquant. De génération en génération, les femmes de sa famille se sont élevées entre elles, sans homme, parce que c’est comme ça, parce que le destin en décide ainsi, parce que l’homme est un secret, parce que c’est leur vie.
Et Vera tente autre chose, autrement, ailleurs. Des mystères sont révélés, des amours sont trouvées, perdues, retrouvées dans une Amérique du sud imaginaire et intrigante.
Un roman chaud, doux, triste… mais vraiment à lire.
signature

La Plage d’Ostende, pitch et pourquoi il faut le lire ce printemps, cet été, cet hiver…

Pourquoi toujours lire le top des ventes de l’année en cours quand on peut lire un vrai bon roman?
Voici donc, sans doute, mon roman favori. Lu à 18 ans, relu et rererelu depuis, La Plage d’Ostende m’a suivi toute ma vie et j’en goûte encore chaque mot depuis toutes ces années.
plage
Le pitch : 
Le livre s’ouvre sur cette phrase : « Dès que je le vis, je sus que Léopold Wiesbek m’appartiendrait. J’avais onze ans, il en avait vingt-cinq… »
Emilienne, l’héroïne, va alors se forger, se construire, devenir une œuvre vivante pour conquérir Léopold, le peintre aux couleurs de la mer du Nord en hiver.
Nous suivons leur histoire d’amour déchirante et contrariée au travers d’une vie fascinante et déçue. Quel prix seront-ils prêts à payer l’un et l’autre? Léopold fera-t-il passer la peinture avant l’amour? Où s’arrêtent les droits de l’amour et où commencent l’égoïsme et la cruauté?
Vous apprendrez à aimer les couleurs de la mer en hiver, l’élégance de la Belgique d’autrefois, un monde un peu passé, un peu vieilli, mais d’un goût plus doux qu’amer au fond…
Lâchons un instant les Levy et autres écrivains redondants, par pitié, et ouvrons les pages de ces vies dévorées…
5€32 sur Amazon… Que demander de plus?
Et au passage, demandez à ce que la version Kindle soit créée : mon exemplaire n’en peut plus de se corner…
signature

Les Hauts de Hurle-Vent : c’est dans les vieux pots qu’on…

couv72219254

Un livre qui date de 1847, écrit par une jeune fille de 24 ans, qui n’a pas eu l’heur d’en écrire d’autres puisqu’elle est décédée quelques années plus tard seulement.

Un vieux truc quoi.

Régulièrement, je me vieux-trucquise, voyez-vous. Parce que j’ai appris que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, voyez-vous.

Et encore une fois, confirmation que les dictons, c’est pas pour les cons. (Mon âme de poète a des limites, navrée).

Ainsi donc, les Hauts de Hurlevent.

L’histoire…

Elle est racontée par un narrateur qui n’a pas assisté à la plupart des événements et à qui l’on raconte l’essentiel de l’intrigue. Pour sa part, il arrive un jour dans une famille étonnante, celle des Heathcliff, dont il ne comprend rien. Cette famille semble vivre sous le joug d’un tyran odieux et pourtant obsédé par un fantôme qui semble hanter la maison.

On remonte alors jusqu’à l’enfance de ce tyran qui, blessé mortellement dans son âme à l’heure des premières amours, fomentera une vengeance atroce dont il sera, finalement la première triste victime.

Une histoire de famille tragique, de complot, de secrets, de malentendus et de peines, de pure cruauté, de vengeance et de trahison. Une histoire d’amour et d’espoir aussi.

N’hésitez pas à aller admirer la plume absolument sidérante d’une si jeune femme dont on peut regretter la brièveté de l’existence.

signature

Mille femmes blanches, de Jim Fergus.

9782738215659

Le pitch…

Little Wolf, un chef cheyenne, demande en 1874 mille femmes blanches afin de permettre la survie de sa population ainsi que le mélange Blancs/Indiens au sein de l’Amérique.

Le gouvernement leur envoie alors une centaine de femmes issues d’asiles d’aliénés et de prisons diverses.

L’histoire est racontée par May Dodd, l’une d’entre elles, condamnée à l’asile pour avoir vécu avec un homme hors mariage (c’était pas des cools les Américains avant hein…).

Elle épouse un Grand Chef et raconte son intégration dans cette toute nouvelle culture qu’elle apprend à aimer.

Pourquoi tu dois le lire?

Parce que c’est une peinture passionnante de cette Amérique peu connue et d’une culture malheureusement presque disparue (et on comprend mieux pourquoi).

Je vous promets un roman historique sans une seule page d’ennui. Et des larmes aussi peut-être. Enfin moi, je n’ai pas résisté…

Bonne lecture…

signature